ppv5
  • trek-dans-les-andes-la-cordillere-royale
  • trek-dans-les-andes-la-cordillere-royale
  • trek-dans-les-andes-la-cordillere-royale

Trekking en Bolivie, la cordillère royale

Ce voyage inédit est un mixte original entre nature et rencontres... Un trekking sportif dans la majestueuse Cordillère Royale et une rencontre inoubliable avec la communauté indienne de Uma Palca. Ses habitants y soutiennent un projet de tourisme soli...Lire suite

obtenir un devis

JOUR 1France - La Paz
Accueil à  l'aéroport et transfert à  l'hôtel. Selon l'heure, visite à  pied de la ville. Repas libres. Nuit en B&B.
JOUR 2LA PAZ - VALLEE DE LA LUNE - MARCHES ANDINS
Découverte des plus beaux points de vue sur la ville de La Paz, avec en toile de fond les géants de la Cordillére Royale. Nous nous rendrons au mirador K´Illi K´Illi et au parc Laykakota, sur le flanc nord-est de la ville pour un point de vue spectaculaire. Ensuite, nous traverserons le célèbre Pont des Amériques pour nous rendre dans le quartier colonial de Sopocachi. De là , par une descente abrupte nous nous rendrons à  la vallée de la lune. L´après midi, nous allons au cœur du très coloré et animé marché andin de La Paz. Retour à  l'hôtel. Déjeuner et dîner libres. Nuit en b&b.
JOUR 3LA PAZ – LAGUNA KHOTIA – REFUGE SANTOS
Départ matinal de l'hôtel en direction de la Cordillére Royale (5/6h de route) et la laguna Kothia. Nous passons au col Mollo à  5000 m, au pied du glacier Wila Lluxita avant de descendre sur la Mina Fabulosa et rejoindre la vallée Chiqapa Jawira où se trouve le refuge Santos. Dans cette magnifique vallée, la communauté de Uma Palca a construit ce beau refuge tout en pierre. Repas froid. Tout compris. Nuit en refuge.
JOUR 4JOURNéE DE PREPARATION TREK AU REFUGE
Journée consacrée à  la préparation physique de notre TREK d'altitude (trek difficile). Pour ceux qui le souhaitent, journée d'escalade à  volonté en présence d'un guide de haute montagne. Les voies sont toutes équipées et présentent des niveaux différents (5 à  7). Une zone est aussi prévue pour faire du bloc.
Repas froid à  midi. Dîner et nuit en refuge.
JOUR 5REFUGE SANTOS – LAGUNA TRES PICOS – LAGUNA KHOTA PATA – REFUGE SANTOS
TREK AYMARA J1 (pension complète). Temps de marche : 5/6h
Nous rejoignons la rivière en contre bas du refuge pour remonter dans la vallée Wilallojje en face du refuge. Nous remontons cette vallée pendant environ 1 heure. Puis nous nous dirigeons vers un col situé à  4740m. Nous rejoignons la belle lagune de Tres Picos où nous pourrons déjeuner, puis descente à  la laguna Khota Pata où nous pourrons y pêcher des truites. Retour au refuge en 2h depuis la lagune. Repas froid à  midi. Dîner et nuit en refuge.
Dénivelé : +690m/-690m
JOUR 6REFUGE SANTOS – PASO CHIQAPA - LAGUNA AJWANI
TREK AYMARA J2 (pension complète). Temps de marche : 7h
Nous remontons la vallée tranquillement sur un très bon chemin parfois pavé. La montée est assez longue et nous amène à  un col situé à  5050m d'altitude. Un passage escarpé nous permet de rejoindre l'autre vallée, qui mène à  la Mina Palcoco et la laguna Alka Quta. Nous rejoignons la lagune Alka Quta avant de remonter sur la laguna Ajwani. Repas froid à  midi. Dîner et nuit en Bivouac
Dénivelé : +890m / -650m
JOUR 7LAGUNA AJWANI - LAGUNA JURIKHOTA
TREK AYMARA J3 (pension complète). Temps de marche : 5/6h
Nous poursuivons notre progression à  flanc de montagne. Passage d'un premier col situé à  4900 mètres d'altitude, le Paso Milluni, puis allure tranquille jusqu'à  la laguna Sistaña à  4650 m. Dans l'après midi, passage du col Paso Janchallani à  4950 m, avant de redescendre vers la splendide laguna Jurikhota à  4720 m. Repas froid à  midi. Dîner et nuit en Bivouac.
Dénivelé : +665m / -560m
JOUR 8LAGUNA JURIKHOTA – LAGUNA CONGELADA – PASO AUSTRIA - LAGUNA CHIARKHOTA
TREK AYMARA J4 (pension complète). Temps de marche : 6h
Depuis la lagune, nous montons sur une pente escarpée pour atteindre la petite laguna Congelada, joyau enchâssé à  4900 mètres d'altitude, au pied du Condoriri qui domine à  5650 m. Passage du col Austria à  5120 m avant de redescendre vers la laguna Chiarkhota à  4670 m, camp de base de l´ascension du Condoriri et du Pequeño Alpamayo. Avant le col, possibilité de monter au Pic Austria à  5300 m. Repas froid à  midi. Dîner et nuit en Bivouac.
Dénivelé : +645m / -670m
JOUR 9LAGUNA CHIARKHOTA – LAGUNA WICHU KHOTA – TUNI
TREK AYMARA J5 (pension complète). Temps de marche : environ 7h
Nous nous engageons au pied de l´Aiguille Noire, jusqu´au col de Jallayko (5025m). Nous basculons alors dans la très belle vallée encaissée de Jistaña, avant de remonter au col de Tillipata (5000m) d'où on peut admirer une myriade de lagunes en contrebas. Redescente jusqu´à  la laguna Wichu Khota, puis continuation jusqu'à  la communauté de Tuni. Repas froid à  midi. Dîner et nuit en Ecolodge ou chez l'habitant.
Dénivelé : +850m / -1250m
JOUR 10TUNI / Cordillére Royale
Le matin, après un petit-déjeuner traditionnel, nous accompagnerons les lamas et alpagas jusqu'à  leurs pâturages. Puis, nous nous consacrerons à  la préparation traditionnelle de la "huatia" afin de cuisiner notre déjeuner. L'après-midi, nous partirons pour une balade de quelques heures dans le massif du Condoriri. En fin d'après-midi, possibilité de ramener avec les habitants du village les lamas et alpagas au village pour la nuit. Puis dîner lors d'une soirée traditionnelle andine. Dîner et nuit chez l'habitant en Eco Lodge.
JOUR 11TUNI – LA PAZ
Le matin, nous aurons le choix entre plusieurs activités selon vos envies et selon la saison: partie de pêche à  la truite dans les lagunes au pied du massif Condoriri avec le guide local, récolte aux champs, visite de l´école du village, élaboration du chuño (pomme de terre déshydratée très appréciés par les Aymaras), ou une petite randonnée. Nous rentrerons déjeuner au village, participation à  la cuisine traditionnelle, puis départ en fin d'après-midi pour La Paz.
JOUR 12La Paz Aéroport
Transfert à  l'aéroport et vol international.
JOUR 13Arrivée France
Arrivée en France.

obtenir un devis


JOUR 1France - La Paz
Accueil à  l'aéroport et transfert à  l'hôtel. Selon l'heure, visite à  pied de la ville. Repas libres. Nuit en B&B.
JOUR 2LA PAZ - VALLEE DE LA LUNE - MARCHES ANDINS
Découverte des plus beaux points de vue sur la ville de La Paz, avec en toile de fond les géants de la Cordillére Royale. Nous nous rendrons au mirador K´Illi K´Illi et au parc Laykakota, sur le flanc nord-est de la ville pour un point de vue spectaculaire. Ensuite, nous traverserons le célèbre Pont des Amériques pour nous rendre dans le quartier colonial de Sopocachi. De là , par une descente abrupte nous nous rendrons à  la vallée de la lune. L´après midi, nous allons au cœur du très coloré et animé marché andin de La Paz. Retour à  l'hôtel. Déjeuner et dîner libres. Nuit en b&b.
JOUR 3LA PAZ – LAGUNA KHOTIA – REFUGE SANTOS
Départ matinal de l'hôtel en direction de la Cordillére Royale (5/6h de route) et la laguna Kothia. Nous passons au col Mollo à  5000 m, au pied du glacier Wila Lluxita avant de descendre sur la Mina Fabulosa et rejoindre la vallée Chiqapa Jawira où se trouve le refuge Santos. Dans cette magnifique vallée, la communauté de Uma Palca a construit ce beau refuge tout en pierre. Repas froid. Tout compris. Nuit en refuge.
JOUR 4JOURNéE DE PREPARATION TREK AU REFUGE
Journée consacrée à  la préparation physique de notre TREK d'altitude (trek difficile). Pour ceux qui le souhaitent, journée d'escalade à  volonté en présence d'un guide de haute montagne. Les voies sont toutes équipées et présentent des niveaux différents (5 à  7). Une zone est aussi prévue pour faire du bloc.
Repas froid à  midi. Dîner et nuit en refuge.
JOUR 5REFUGE SANTOS – LAGUNA TRES PICOS – LAGUNA KHOTA PATA – REFUGE SANTOS
TREK AYMARA J1 (pension complète). Temps de marche : 5/6h
Nous rejoignons la rivière en contre bas du refuge pour remonter dans la vallée Wilallojje en face du refuge. Nous remontons cette vallée pendant environ 1 heure. Puis nous nous dirigeons vers un col situé à  4740m. Nous rejoignons la belle lagune de Tres Picos où nous pourrons déjeuner, puis descente à  la laguna Khota Pata où nous pourrons y pêcher des truites. Retour au refuge en 2h depuis la lagune. Repas froid à  midi. Dîner et nuit en refuge.
Dénivelé : +690m/-690m
JOUR 6REFUGE SANTOS – PASO CHIQAPA - LAGUNA AJWANI
TREK AYMARA J2 (pension complète). Temps de marche : 7h
Nous remontons la vallée tranquillement sur un très bon chemin parfois pavé. La montée est assez longue et nous amène à  un col situé à  5050m d'altitude. Un passage escarpé nous permet de rejoindre l'autre vallée, qui mène à  la Mina Palcoco et la laguna Alka Quta. Nous rejoignons la lagune Alka Quta avant de remonter sur la laguna Ajwani. Repas froid à  midi. Dîner et nuit en Bivouac
Dénivelé : +890m / -650m
JOUR 7LAGUNA AJWANI - LAGUNA JURIKHOTA
TREK AYMARA J3 (pension complète). Temps de marche : 5/6h
Nous poursuivons notre progression à  flanc de montagne. Passage d'un premier col situé à  4900 mètres d'altitude, le Paso Milluni, puis allure tranquille jusqu'à  la laguna Sistaña à  4650 m. Dans l'après midi, passage du col Paso Janchallani à  4950 m, avant de redescendre vers la splendide laguna Jurikhota à  4720 m. Repas froid à  midi. Dîner et nuit en Bivouac.
Dénivelé : +665m / -560m
JOUR 8LAGUNA JURIKHOTA – LAGUNA CONGELADA – PASO AUSTRIA - LAGUNA CHIARKHOTA
TREK AYMARA J4 (pension complète). Temps de marche : 6h
Depuis la lagune, nous montons sur une pente escarpée pour atteindre la petite laguna Congelada, joyau enchâssé à  4900 mètres d'altitude, au pied du Condoriri qui domine à  5650 m. Passage du col Austria à  5120 m avant de redescendre vers la laguna Chiarkhota à  4670 m, camp de base de l´ascension du Condoriri et du Pequeño Alpamayo. Avant le col, possibilité de monter au Pic Austria à  5300 m. Repas froid à  midi. Dîner et nuit en Bivouac.
Dénivelé : +645m / -670m
JOUR 9LAGUNA CHIARKHOTA – LAGUNA WICHU KHOTA – TUNI
TREK AYMARA J5 (pension complète). Temps de marche : environ 7h
Nous nous engageons au pied de l´Aiguille Noire, jusqu´au col de Jallayko (5025m). Nous basculons alors dans la très belle vallée encaissée de Jistaña, avant de remonter au col de Tillipata (5000m) d'où on peut admirer une myriade de lagunes en contrebas. Redescente jusqu´à  la laguna Wichu Khota, puis continuation jusqu'à  la communauté de Tuni. Repas froid à  midi. Dîner et nuit en Ecolodge ou chez l'habitant.
Dénivelé : +850m / -1250m
JOUR 10TUNI / Cordillére Royale
Le matin, après un petit-déjeuner traditionnel, nous accompagnerons les lamas et alpagas jusqu'à  leurs pâturages. Puis, nous nous consacrerons à  la préparation traditionnelle de la "huatia" afin de cuisiner notre déjeuner. L'après-midi, nous partirons pour une balade de quelques heures dans le massif du Condoriri. En fin d'après-midi, possibilité de ramener avec les habitants du village les lamas et alpagas au village pour la nuit. Puis dîner lors d'une soirée traditionnelle andine. Dîner et nuit chez l'habitant en Eco Lodge.
JOUR 11TUNI – LA PAZ
Le matin, nous aurons le choix entre plusieurs activités selon vos envies et selon la saison: partie de pêche à  la truite dans les lagunes au pied du massif Condoriri avec le guide local, récolte aux champs, visite de l´école du village, élaboration du chuño (pomme de terre déshydratée très appréciés par les Aymaras), ou une petite randonnée. Nous rentrerons déjeuner au village, participation à  la cuisine traditionnelle, puis départ en fin d'après-midi pour La Paz.
JOUR 12La Paz Aéroport
Transfert à  l'aéroport et vol international.
JOUR 13Arrivée France
Arrivée en France.

obtenir un devis

Formalités :
  • Ressortissants français : passeport en cours de validité dont la date d’expiration est postérieure à  6 mois après votre retour. Pas de visa. Ces conditions peuvent changer. Se renseigner avant le départ auprès du consulat de Bolivie.
  • Consulat de Bolivie en France : 12 av. du Président Kennedy – 75016 Paris
  • Tel : 01 42 88 34 32  
  • Tous les mineurs doivent posséder un passeport individuel.
  • Autres nationalités : Renseignements auprès de votre consulat et/ou ambassade.
  • Si vous voyagez avec vos enfants, sachez que, dorénavant, les mineurs, quel que soit leur âge, doivent eux aussi avoir un passeport individuel.
Si votre voyage implique que vous transitiez par les Etats-Unis :
  • Pour entrer sans visa, tout voyageur français (cela concerne aussi les enfants quel que soit leur âge) se rendant, par air ou par mer, aux Etats-Unis (ou y transitant) pour un voyage touristique ne dépassant pas 90 jours, doit être en possession d´un passeport électronique individuel (lecture horizontale et symbole puce électronique) ou d´un passeport individuel à  lecture optique en cours de validité émis au plus tard le 25 octobre 2005. Un mineur voyageant seul n’a pas besoin d’autorisation de sortie du territoire dés lors qu'il a un passeport individuel.
  • Merci de vous rendre sur le lien suivant : http://www.america-dreamz.com/conseils_pratiques/passeport_securise.php
  • Depuis le 12 janvier 2009, le Gouvernement américain impose une nouvelle contrainte administrative : tous les voyageurs se rendant ou transitant par les Etats-Unis doivent obtenir une autorisation préalable de voyage électronique (minimum 72 heures avant le départ).
  •  La demande est à  faire sur le site : https://esta.cbp.dhs.gov/
  • Vous y trouverez toutes les informations utiles.
  • (sélectionner la langue préférée "  en haut à  droite)

IMPORTANT : LES NOMS ET PRENOMS DOIVENT ETRE REPORTES TELS QUE SUR LE PASSEPORT ET VOTRE BULLETIN D'INSCRIPTION 

Depuis le 08 septembre 2010 inclus, ces demandes seront payantes 14$(environ 13Euros) et à  régler par carte bancaire sur le site directement.
 Par retour de mail, un numéro de dossier permettant les mises à  jour ou la consultation en ligne de l'état du dossier vous sera communiqué. D'une durée de validité de 2 ans, cette autorisation est valable pour des entrées multiples.
Cette autorisation préalable remplace le formulaire papier que les ressortissants européens devaient remplir lors de leur voyage ou transit par les Etats-Unis.
Attention : cette autorisation ne garantit pas l'admission sur le territoire américain aux postes frontières. Le défaut d'autorisation, le retard dans les formalités ou le refoulement par les services d'immigration entraîneront un refus d'embarquement, sans possibilité de remboursement du vol ou du séjour.
 

Bagages :

Pour plus de commodité dans les déplacements, il est conseillé de «voyager léger» et de n’emporter que le strict nécessaire, de la façon la plus compacte possible (un grand sac de voyage et un sac de jour, plus petit). Pour le trek et l’andinisme, il est impératif de limiter le poids du sac à  15 kg pour éviter de surcharger les porteurs ou les mules.
Information utile si vous envisagez de faire des achats sur place : vous êtes autorisés à  embarquer jusqu’à  20 kilos dans l’avion sur la plupart des liaisons régulières transatlantiques (se renseigner auprès des compagnies aériennes pour confirmation de ces conditions sur votre vol). Il est conseillé de souscrire une assurance «perte de bagages». 

Electricité et batteries :

110 et 220 volts. Prévoir un adaptateur (prises électriques normes américaines). Il ne sera pas possible de recharger vos batteries (appareils numériques) en dehors des hôtels et des villes. La plupart des véhicules sont dotés d’allume–cigares qui peuvent être utilisés pour recharger les batteries d’un appareil portatif (caméscope ou autre). Cependant beaucoup de chauffeurs les condamnent pour signaler qu’il est interdit de fumer à  bord. 

Téléphone portable :

Seuls les appareils tri-bande vous permettront d’appeler (ou de recevoir des appels) vers (depuis) l’étranger. Vous pourrez néanmoins appeler depuis votre hôtel ou depuis l’un des nombreux points téléphone longue distance que l’on trouve dans les villes.
Pour appeler vers la France, utiliser l’indicatif 00 33.
Si vous, souhaitez être appelé, votre correspondant devra taper l’indicatif 00 591.

Religion :

Le peuple bolivien est naturellement croyant, presque 90% de la population est catholique de par son héritage espagnol. Cependant on nombre prés de 6% d’évangélistes et 4% du reste de la population posséde une religion autre.

Monnaie :

La monnaie bolivienne est le Boliviano. Cours du change variable, fixé à  environ 7 bolivianos pour 1 $us (janvier 2011). Emporter des dollars américains (en espèce) et une carte de crédit (retraits possibles dans certaines grandes villes). Les travellers cheques sont changeables dans les maisons de change (casa de cambio) uniquement et sont acceptés dans très peu d’établissements (Terra Andina ne les accepte pas). 
Vous pouvez prendre des euros avec vous avant votre départ, ils sont échangeables sans probléme dans les grandes villes. Vous pourrez payer par carte de crédit, et vous retrouverez des distributeurs de billets à  La Paz

Infos utiles

Un bon repas vous reviendra à  15 euros maximum.
Pour un café, il faut compter entre 0,6 et 0,9 euros.
Pour un timbre pour la France, vous devrez dépenser 1 euro.  

Décalage horaire :

L’heure locale est à  GMT – 4 heures. Il y a 6 heures de décalage avec la France de mai à  octobre, 5 heures le reste de l’année.

Santé :

Bonne condition physique recommandée en raison de l'altitude et des variations climatiques. Le voyage pourra être éprouvant dans la région du Lipez (jusqu’à  - 30o la nuit en juin !). Disposer d'une capacité d'adaptation face à  l'imprévu ou à  l'inconfort (les mauvaises pistes, le climat...). 

Vaccinations recommandées :

DTPolio, Typhoïde, Hépatite A et B. Pour l’Amazonie, fiévre jaune. Pour le paludisme, peu de risques excepté pour des circuits engagés en Amazonie (à  partir de Trinidad). Pour les Yungas, aucune recommandation particulière. Les touristes se rendant au Brésil, après avoir séjourné en Bolivie, doivent impérativement être munis de leur carnet de vaccination contre la fiévre jaune, sauf s'ils sont en transit pendant 8 heures maximum.

Pharmacie personnelle :

Vos médicaments habituels; vitamine C ou polyvitamine; médicaments contre la douleur : aspirine ou équivalent; anti-diarrhéique (type Diarsed, Imodium...) + antiseptique intestinal (type Ercéfuryl, Ganidan...); traitement antibiotique à  large spectre : prévoir 8 jours de traitement (sur prescription médicale); pommade anti-inflammatoire; collyre (poussière, ophtalmie); pastilles purifiantes pour l’eau de boisson (Hydroclonazone, Micropur); bande adhésive élastique (Elastoplast); jeu de pansements adhésifs + compresses désinfectantes; double peau (protection contre les ampoules, disponible en pharmacie); traitement pour rhume et maux de gorge, créme type Biafine pour les brûlures. 

Protection des sites :

L’équilibre écologique des régions que vous allez traverser est très précaire. La permanence des flux touristiques, même en groupes restreints, le perturbe d’autant plus rapidement. Dans l’intérêt de tous, chaque participant est responsable de la propreté et de l’état des lieux qu’il traverse et où il campe. La lutte contre la pollution doit être l’affaire de chacun. Même si vous constatez que certains sites sont déjà  pollués, vous devez brûler tous vos papiers, Kleenex, boàtes, etc... Vôtre accompagnateur vous y aidera. 

Véhicules :

Tout terrain Toyota Land-Cruiser ou Land Rover châssis long en service privé (sauf ci spécifié dans le programme). Entre 4 et 7 personnes + conducteur par véhicule. Pour certaines portions de certains circuits (routes asphaltées) et selon la taille du groupe, nous pourrons utiliser une auto classique, un minibus ou un bus (selon la taille du groupe).
Tous les véhicules sont couverts par une assurance. 

Chauffeurs :

Tous nos chauffeurs sont aguerris. Ils possédent une bonne expérience du terrain et d’excellentes compétences mécaniques. 

Guides :

Trilingue : espagnol, anglais et français, sauf si spécifié dans le programme et connaissant le pays. Guides locaux spécialisés pour certaines visites (mines de Potosà­, ruines de Tiwanaku, missions jésuites...).

Esprit du voyage et modification du trajet :

Les imprévus (retards d’avion / train, pannes, etc...) sont toujours possibles et font partie du voyage. En fonction de la météo et du désir du groupe, l'itinéraire pourra être modifié. Nous entendons par "voyage à  la carte" une flexibilité totale par rapport au circuit établi avant le départ. Une éventuelle décision de changement de programme devra être motivée et acceptée par les membres du groupe. Certains ajustements tarifaires pourront avoir lieu.

La sécurité en Bolivie

Tous nos voyages traversent des régions du Pérou étant considérées sûres – surtout pour les voyages en groupe – avec un minimum de précautions. Nous vous conseillons d’éviter dans la mesure du possible d’emporter des objets de valeur, de ne pas faire étalage de richesses, d’être vigilant dans les endroits fréquentés (marchés, centres-villes...) et de laisser chaque fois que possible les objets de valeur et sommes d’argent importantes dans les coffres-forts des hôtels (pas dans les chambres). Ne pas hésiter à  demander à  votre guide quels sont les lieux où il est nécessaire d’être particulièrement attentif et ceux à  éviter.
Nous évitons toutes les zones liées à  la culture de la coca ou au trafic de drogue. 

Santé et Mal Aigu des Montagnes :

Son principal facteur d’apparition est une montée trop rapide en altitude. La plupart du temps, le mal aigu des montagnes est bénin et consiste en des maux de tête (96 % des cas), une fatigue importante, des troubles importants du sommeil (35 % des cas), des vertiges, une perte d’appétit et des nausées ; on note fréquemment une irritabilité. Ces premiers symptômes apparaissent généralement dans les 6 à  24 heures de séjour à  votre altitude seuil (on peut le constater pour certains dés 2 500 m d’altitude). Si le trekkeur continue sa progression en altitude, on peut voir apparaàtre les complications graves : l’œdéme pulmonaire (toux, crachats, lévres bleues puis insuffisance respiratoire) et l’œdéme cérébral (maux de tête intenses non soulagés par l’aspirine, vomissements, troubles de la vue, parfois troubles psychiatriques).
En altitude, la pression atmosphérique, (donc la pression d’oxygéne) diminue : il y a moins de molécules d’oxygéne disponible pour l’organisme dans un même volume d’air. La quantité d’oxygéne disponible à  3000 m correspond aux deux tiers à  celle du niveau de la mer ; à  5000m, à  la moitié.
L’organisme réagit par ce manque d’oxygéne (ou hypoxie) par plusieurs mécanismes : une réaction immédiate, et qui va durer quelques jours, est d’augmenter la ventilation et la fréquence cardiaque afin d’essayer de capter davantage d’oxygéne dans l’air et de le transporter plus rapidement aux organes qui en ont besoin. Ces deux phénomènes sont couteux pour l’organisme au plan énergétique puisqu’ils vont faire travailler davantage les muscles respiratoires et le cœur. Ils vont donc être remplacés ou complétés par un mécanisme plus économique : l’augmentation du nombre de transporteurs d’oxygéne, les globules rouges produits par la moelle osseuse. Leur temps de fabrication explique qu’il faut au minimum une semaine de séjour à  une altitude suffisante pour voir apparaitre leur augmentation dans le sang.
La ventilation et la fréquence cardiaque pourront alors diminuer, sans toutefois revenir aux valeurs de base.
La plupart des trekkeurs en bonne santé s’acclimatent correctement à  l’altitude, à  condition de respecter quelques régles simples.

Les régles d'or de l'acclimatation

  • Montée progressive en altitude :
  • La grande régle d’or est de ne pas monter trop vite, trop haut : 300 à  500 m de dénivelée par jour en moyenne au-delà  de 3500m, l’important étant la différence d’altitude entre les nuits consécutives (le passage d’un col dans la journée peut nécessiter une ascension plus importante, mais il faut redescendre dormir plus bas). Si vous vous sentez en forme vous pouvez, une fois arrivé au bivouac, monter de 200 à  300 m, y rester une heure et redescendre.
  • Ne pas faire d’efforts physiques inutiles ou inconsidérés Ne faites pas d’efforts violents même si vous vous sentez en pleine forme « pour se
  • tester » en début d’acclimatation. Cela peut favoriser l’apparition du MAM. •        
  • Boire suffisamment d’eau (et avoir des urines claires...)
  • Ne pas prendre de somniféres, qui favorisent les pauses respiratoires pendant le sommeil, ce qui aggrave l’hypoxie.
  • Autre réflexe important, pour éviter les complications : si vous êtes malades en altitude, c’est le MAM jusqu’à  preuve du contraire ! Ne pas dire qu’on a mal à  la tête parce qu’on a marché au soleil sans chapeau, qu’on vomit parce que les œufs de la veille n’étaient pas frais... Le refus du diagnostique, souvent considéré comme vexant pour un sportif bien entraîné, peut aboutir à  des catastrophes. Or, la condition physique et l’acclimatation à  l’altitude sont deux phénomènes indépendants. Jouer ainsi la carte de la sincérité avec notre équipe d’encadrement (accompagnateurs ou guide). Nos collaborateurs, avec qui vous partager votre trek ou ascension, ont une grande expérience du terrain, et seront en mesure de vous conseiller.
Derniére régle d’or : ne jamais laisser seul dans sa tente ou au bord du chemin un sujet souffrant.
Si vous vous sentez mal (à  l’exception des maux de tête soulagés par la prise d’aspirine), il faut arrêter de monter et se reposer.
Si les signes persistent, il faut alors redescendre de 300 à  400 m et ne reprendre la progression que le lendemain si les signes ont disparu. Dans le cas contraire, vous devrez renoncer à  poursuivre le trek.
Dans tous les cas de figure, il appartient à  votre accompagnateur ou guide de prendre la décision de vous laisser ou non poursuivre le trek. 

Autres conseils utiles :

Un bon entrainement physique avant de partir ne protége pas, mais est évidemment souhaitable, car si on additionne la fatigue due au manque d’entrainement et la fatigue, on souffre alors 2 fois plus ! Nous vous recommandons pour vous préparer à  l’effort, la pratique du vélo (qui favorise l’endurance) et de la randonnée en montagne.
Evitez d’être carencé en fer, ce qui est fréquent chez les végétariens et chez les femmes, car il faut du fer pour fabriquer les globules rouges.
Beaucoup de gens ont recours à  un médicament, le Diamox (Acétazolamide). Ce médicament améliore incontestablement l’acclimatation et se délivre en France sur prescription médicale (demander l’avis de votre médecin). Son effet principal est de stimuler la ventilation pulmonaire, mais il est également un diurétique (penser à  s’hydrater sans attendre la sensation de la soif). Comme son action met 12 à  24 heures à  se développer, il sera beaucoup plus efficace en préventif. Dans quel cas l’utiliser ' Lorsque les régles de l’acclimatation (voir plus haut) ne peuvent être respectées (Ex : Arrivée à  La Paz ou ascension de sommets d’accès rapide en haute altitude), ou chez les personnes ayant des antécédents répétés. Son utilisation n’est pas justifiée chez une personne qui posséde à  priori une tolérance normale à  l’altitude et qui suit les régles habituelles d’acclimatation à  l’altitude.

Avant le départ...

  • Si vous faites un circuit incluant un trek et/ou de la haute montagne,nous vous demandons de bien vouloir effectuer une visite chez votre médecin référent pour réaliser un test d’effort et qu’il vous délivre une attestation de non contre-indication à  la pratique de la montagne en haute altitude. Ce document sera à  nous remettre avant votre départ.
 
 
 
855 € 13 jours

à partir de (*hors vols internationaux)

En liberté

Niveau:

  •  
  •  
  •  
  •  
ID : 509

Voyage non realisable du
01 Octobre au 31 Mai

Ajouter à ma sélection

Votre spécialiste :

specialiste voyage
  • Franck

Tel : 01 83 62 19 68

Vous aimerez:

  • 5 jours de marche à  pied dans le Condoriri dans la Cordillére Blanche.
  • Nuits en refuge confortable dans un village indien Aymara en pension compléte.
  • Rencontre et participation aux activités du quotidien de nos hôtes Aymaras.
  • Visite et détente à La Paz (jour 1 et 2) afin de permettre l'acclimatation altitude.
  • Préparation physique (balades/escalade jour 3 et 4) avant le départ du trek.

Info pratique

Formalités :
  • Ressortissants français : passeport en cours de validité dont la date d’expiration est postérieure à  6 mois après votre retour. Pas de visa. Ces conditions peuvent changer. Se renseigner avant le départ auprès du consulat de Bolivie.
  • Consulat de Bolivie en France : 12 av. du Président Kennedy – 75016 Paris
  • Tel : 01 42 88 34 32  
  • Tous les mineurs doivent posséder un passeport individuel.
  • Autres nationalités : Renseignements auprès de votre consulat et/ou ambassade.
  • Si vous voyagez avec vos enfants, sachez que, dorénavant, les mineurs, quel que soit leur âge, doivent eux aussi avoir un passeport individuel.
Si votre voyage implique que vous transitiez par les Etats-Unis :
  • Pour entrer sans visa, tout voyageur français (cela concerne aussi les enfants quel que soit leur âge) se rendant, par air ou par mer, aux Etats-Unis (ou y transitant) pour un voyage touristique ne dépassant pas 90 jours, doit être en possession d´un passeport électronique individuel (lecture horizontale et symbole puce électronique) ou d´un passeport individuel à  lecture optique en cours de validité émis au plus tard le 25 octobre 2005. Un mineur voyageant seul n’a pas besoin d’autorisation de sortie du territoire dés lors qu'il a un passeport individuel.
  • Merci de vous rendre sur le lien suivant : http://www.america-dreamz.com/conseils_pratiques/passeport_securise.php
  • Depuis le 12 janvier 2009, le Gouvernement américain impose une nouvelle contrainte administrative : tous les voyageurs se rendant ou transitant par les Etats-Unis doivent obtenir une autorisation préalable de voyage électronique (minimum 72 heures avant le départ).
  •  La demande est à  faire sur le site : https://esta.cbp.dhs.gov/
  • Vous y trouverez toutes les informations utiles.
  • (sélectionner la langue préférée "  en haut à  droite)

IMPORTANT : LES NOMS ET PRENOMS DOIVENT ETRE REPORTES TELS QUE SUR LE PASSEPORT ET VOTRE BULLETIN D'INSCRIPTION 

Depuis le 08 septembre 2010 inclus, ces demandes seront payantes 14$(environ 13Euros) et à  régler par carte bancaire sur le site directement.
 Par retour de mail, un numéro de dossier permettant les mises à  jour ou la consultation en ligne de l'état du dossier vous sera communiqué. D'une durée de validité de 2 ans, cette autorisation est valable pour des entrées multiples.
Cette autorisation préalable remplace le formulaire papier que les ressortissants européens devaient remplir lors de leur voyage ou transit par les Etats-Unis.
Attention : cette autorisation ne garantit pas l'admission sur le territoire américain aux postes frontières. Le défaut d'autorisation, le retard dans les formalités ou le refoulement par les services d'immigration entraîneront un refus d'embarquement, sans possibilité de remboursement du vol ou du séjour.
 

Bagages :

Pour plus de commodité dans les déplacements, il est conseillé de «voyager léger» et de n’emporter que le strict nécessaire, de la façon la plus compacte possible (un grand sac de voyage et un sac de jour, plus petit). Pour le trek et l’andinisme, il est impératif de limiter le poids du sac à  15 kg pour éviter de surcharger les porteurs ou les mules.
Information utile si vous envisagez de faire des achats sur place : vous êtes autorisés à  embarquer jusqu’à  20 kilos dans l’avion sur la plupart des liaisons régulières transatlantiques (se renseigner auprès des compagnies aériennes pour confirmation de ces conditions sur votre vol). Il est conseillé de souscrire une assurance «perte de bagages». 

Electricité et batteries :

110 et 220 volts. Prévoir un adaptateur (prises électriques normes américaines). Il ne sera pas possible de recharger vos batteries (appareils numériques) en dehors des hôtels et des villes. La plupart des véhicules sont dotés d’allume–cigares qui peuvent être utilisés pour recharger les batteries d’un appareil portatif (caméscope ou autre). Cependant beaucoup de chauffeurs les condamnent pour signaler qu’il est interdit de fumer à  bord. 

Téléphone portable :

Seuls les appareils tri-bande vous permettront d’appeler (ou de recevoir des appels) vers (depuis) l’étranger. Vous pourrez néanmoins appeler depuis votre hôtel ou depuis l’un des nombreux points téléphone longue distance que l’on trouve dans les villes.
Pour appeler vers la France, utiliser l’indicatif 00 33.
Si vous, souhaitez être appelé, votre correspondant devra taper l’indicatif 00 591.

Religion :

Le peuple bolivien est naturellement croyant, presque 90% de la population est catholique de par son héritage espagnol. Cependant on nombre prés de 6% d’évangélistes et 4% du reste de la population posséde une religion autre.

Monnaie :

La monnaie bolivienne est le Boliviano. Cours du change variable, fixé à  environ 7 bolivianos pour 1 $us (janvier 2011). Emporter des dollars américains (en espèce) et une carte de crédit (retraits possibles dans certaines grandes villes). Les travellers cheques sont changeables dans les maisons de change (casa de cambio) uniquement et sont acceptés dans très peu d’établissements (Terra Andina ne les accepte pas). 
Vous pouvez prendre des euros avec vous avant votre départ, ils sont échangeables sans probléme dans les grandes villes. Vous pourrez payer par carte de crédit, et vous retrouverez des distributeurs de billets à  La Paz

Infos utiles

Un bon repas vous reviendra à  15 euros maximum.
Pour un café, il faut compter entre 0,6 et 0,9 euros.
Pour un timbre pour la France, vous devrez dépenser 1 euro.  

Décalage horaire :

L’heure locale est à  GMT – 4 heures. Il y a 6 heures de décalage avec la France de mai à  octobre, 5 heures le reste de l’année.

Santé :

Bonne condition physique recommandée en raison de l'altitude et des variations climatiques. Le voyage pourra être éprouvant dans la région du Lipez (jusqu’à  - 30o la nuit en juin !). Disposer d'une capacité d'adaptation face à  l'imprévu ou à  l'inconfort (les mauvaises pistes, le climat...). 

Vaccinations recommandées :

DTPolio, Typhoïde, Hépatite A et B. Pour l’Amazonie, fiévre jaune. Pour le paludisme, peu de risques excepté pour des circuits engagés en Amazonie (à  partir de Trinidad). Pour les Yungas, aucune recommandation particulière. Les touristes se rendant au Brésil, après avoir séjourné en Bolivie, doivent impérativement être munis de leur carnet de vaccination contre la fiévre jaune, sauf s'ils sont en transit pendant 8 heures maximum.

Pharmacie personnelle :

Vos médicaments habituels; vitamine C ou polyvitamine; médicaments contre la douleur : aspirine ou équivalent; anti-diarrhéique (type Diarsed, Imodium...) + antiseptique intestinal (type Ercéfuryl, Ganidan...); traitement antibiotique à  large spectre : prévoir 8 jours de traitement (sur prescription médicale); pommade anti-inflammatoire; collyre (poussière, ophtalmie); pastilles purifiantes pour l’eau de boisson (Hydroclonazone, Micropur); bande adhésive élastique (Elastoplast); jeu de pansements adhésifs + compresses désinfectantes; double peau (protection contre les ampoules, disponible en pharmacie); traitement pour rhume et maux de gorge, créme type Biafine pour les brûlures. 

Protection des sites :

L’équilibre écologique des régions que vous allez traverser est très précaire. La permanence des flux touristiques, même en groupes restreints, le perturbe d’autant plus rapidement. Dans l’intérêt de tous, chaque participant est responsable de la propreté et de l’état des lieux qu’il traverse et où il campe. La lutte contre la pollution doit être l’affaire de chacun. Même si vous constatez que certains sites sont déjà  pollués, vous devez brûler tous vos papiers, Kleenex, boàtes, etc... Vôtre accompagnateur vous y aidera. 

Véhicules :

Tout terrain Toyota Land-Cruiser ou Land Rover châssis long en service privé (sauf ci spécifié dans le programme). Entre 4 et 7 personnes + conducteur par véhicule. Pour certaines portions de certains circuits (routes asphaltées) et selon la taille du groupe, nous pourrons utiliser une auto classique, un minibus ou un bus (selon la taille du groupe).
Tous les véhicules sont couverts par une assurance. 

Chauffeurs :

Tous nos chauffeurs sont aguerris. Ils possédent une bonne expérience du terrain et d’excellentes compétences mécaniques. 

Guides :

Trilingue : espagnol, anglais et français, sauf si spécifié dans le programme et connaissant le pays. Guides locaux spécialisés pour certaines visites (mines de Potosà­, ruines de Tiwanaku, missions jésuites...).

Esprit du voyage et modification du trajet :

Les imprévus (retards d’avion / train, pannes, etc...) sont toujours possibles et font partie du voyage. En fonction de la météo et du désir du groupe, l'itinéraire pourra être modifié. Nous entendons par "voyage à  la carte" une flexibilité totale par rapport au circuit établi avant le départ. Une éventuelle décision de changement de programme devra être motivée et acceptée par les membres du groupe. Certains ajustements tarifaires pourront avoir lieu.

La sécurité en Bolivie

Tous nos voyages traversent des régions du Pérou étant considérées sûres – surtout pour les voyages en groupe – avec un minimum de précautions. Nous vous conseillons d’éviter dans la mesure du possible d’emporter des objets de valeur, de ne pas faire étalage de richesses, d’être vigilant dans les endroits fréquentés (marchés, centres-villes...) et de laisser chaque fois que possible les objets de valeur et sommes d’argent importantes dans les coffres-forts des hôtels (pas dans les chambres). Ne pas hésiter à  demander à  votre guide quels sont les lieux où il est nécessaire d’être particulièrement attentif et ceux à  éviter.
Nous évitons toutes les zones liées à  la culture de la coca ou au trafic de drogue. 

Santé et Mal Aigu des Montagnes :

Son principal facteur d’apparition est une montée trop rapide en altitude. La plupart du temps, le mal aigu des montagnes est bénin et consiste en des maux de tête (96 % des cas), une fatigue importante, des troubles importants du sommeil (35 % des cas), des vertiges, une perte d’appétit et des nausées ; on note fréquemment une irritabilité. Ces premiers symptômes apparaissent généralement dans les 6 à  24 heures de séjour à  votre altitude seuil (on peut le constater pour certains dés 2 500 m d’altitude). Si le trekkeur continue sa progression en altitude, on peut voir apparaàtre les complications graves : l’œdéme pulmonaire (toux, crachats, lévres bleues puis insuffisance respiratoire) et l’œdéme cérébral (maux de tête intenses non soulagés par l’aspirine, vomissements, troubles de la vue, parfois troubles psychiatriques).
En altitude, la pression atmosphérique, (donc la pression d’oxygéne) diminue : il y a moins de molécules d’oxygéne disponible pour l’organisme dans un même volume d’air. La quantité d’oxygéne disponible à  3000 m correspond aux deux tiers à  celle du niveau de la mer ; à  5000m, à  la moitié.
L’organisme réagit par ce manque d’oxygéne (ou hypoxie) par plusieurs mécanismes : une réaction immédiate, et qui va durer quelques jours, est d’augmenter la ventilation et la fréquence cardiaque afin d’essayer de capter davantage d’oxygéne dans l’air et de le transporter plus rapidement aux organes qui en ont besoin. Ces deux phénomènes sont couteux pour l’organisme au plan énergétique puisqu’ils vont faire travailler davantage les muscles respiratoires et le cœur. Ils vont donc être remplacés ou complétés par un mécanisme plus économique : l’augmentation du nombre de transporteurs d’oxygéne, les globules rouges produits par la moelle osseuse. Leur temps de fabrication explique qu’il faut au minimum une semaine de séjour à  une altitude suffisante pour voir apparaitre leur augmentation dans le sang.
La ventilation et la fréquence cardiaque pourront alors diminuer, sans toutefois revenir aux valeurs de base.
La plupart des trekkeurs en bonne santé s’acclimatent correctement à  l’altitude, à  condition de respecter quelques régles simples.

Les régles d'or de l'acclimatation

  • Montée progressive en altitude :
  • La grande régle d’or est de ne pas monter trop vite, trop haut : 300 à  500 m de dénivelée par jour en moyenne au-delà  de 3500m, l’important étant la différence d’altitude entre les nuits consécutives (le passage d’un col dans la journée peut nécessiter une ascension plus importante, mais il faut redescendre dormir plus bas). Si vous vous sentez en forme vous pouvez, une fois arrivé au bivouac, monter de 200 à  300 m, y rester une heure et redescendre.
  • Ne pas faire d’efforts physiques inutiles ou inconsidérés Ne faites pas d’efforts violents même si vous vous sentez en pleine forme « pour se
  • tester » en début d’acclimatation. Cela peut favoriser l’apparition du MAM. •        
  • Boire suffisamment d’eau (et avoir des urines claires...)
  • Ne pas prendre de somniféres, qui favorisent les pauses respiratoires pendant le sommeil, ce qui aggrave l’hypoxie.
  • Autre réflexe important, pour éviter les complications : si vous êtes malades en altitude, c’est le MAM jusqu’à  preuve du contraire ! Ne pas dire qu’on a mal à  la tête parce qu’on a marché au soleil sans chapeau, qu’on vomit parce que les œufs de la veille n’étaient pas frais... Le refus du diagnostique, souvent considéré comme vexant pour un sportif bien entraîné, peut aboutir à  des catastrophes. Or, la condition physique et l’acclimatation à  l’altitude sont deux phénomènes indépendants. Jouer ainsi la carte de la sincérité avec notre équipe d’encadrement (accompagnateurs ou guide). Nos collaborateurs, avec qui vous partager votre trek ou ascension, ont une grande expérience du terrain, et seront en mesure de vous conseiller.
Derniére régle d’or : ne jamais laisser seul dans sa tente ou au bord du chemin un sujet souffrant.
Si vous vous sentez mal (à  l’exception des maux de tête soulagés par la prise d’aspirine), il faut arrêter de monter et se reposer.
Si les signes persistent, il faut alors redescendre de 300 à  400 m et ne reprendre la progression que le lendemain si les signes ont disparu. Dans le cas contraire, vous devrez renoncer à  poursuivre le trek.
Dans tous les cas de figure, il appartient à  votre accompagnateur ou guide de prendre la décision de vous laisser ou non poursuivre le trek. 

Autres conseils utiles :

Un bon entrainement physique avant de partir ne protége pas, mais est évidemment souhaitable, car si on additionne la fatigue due au manque d’entrainement et la fatigue, on souffre alors 2 fois plus ! Nous vous recommandons pour vous préparer à  l’effort, la pratique du vélo (qui favorise l’endurance) et de la randonnée en montagne.
Evitez d’être carencé en fer, ce qui est fréquent chez les végétariens et chez les femmes, car il faut du fer pour fabriquer les globules rouges.
Beaucoup de gens ont recours à  un médicament, le Diamox (Acétazolamide). Ce médicament améliore incontestablement l’acclimatation et se délivre en France sur prescription médicale (demander l’avis de votre médecin). Son effet principal est de stimuler la ventilation pulmonaire, mais il est également un diurétique (penser à  s’hydrater sans attendre la sensation de la soif). Comme son action met 12 à  24 heures à  se développer, il sera beaucoup plus efficace en préventif. Dans quel cas l’utiliser ' Lorsque les régles de l’acclimatation (voir plus haut) ne peuvent être respectées (Ex : Arrivée à  La Paz ou ascension de sommets d’accès rapide en haute altitude), ou chez les personnes ayant des antécédents répétés. Son utilisation n’est pas justifiée chez une personne qui posséde à  priori une tolérance normale à  l’altitude et qui suit les régles habituelles d’acclimatation à  l’altitude.

Avant le départ...

  • Si vous faites un circuit incluant un trek et/ou de la haute montagne,nous vous demandons de bien vouloir effectuer une visite chez votre médecin référent pour réaliser un test d’effort et qu’il vous délivre une attestation de non contre-indication à  la pratique de la montagne en haute altitude. Ce document sera à  nous remettre avant votre départ.
 
 
 

Choix similaires

Les voyageurs ont aussi consulté

Voyages liberté Bolivie

Bolivie : Trek aventure en Bolivie

Véritable concentré de plaisir et d'aventure, ce circuit propose de découvrir les paysages andins de façon originale. Amateurs d'adrénaline "bienvenidos"!

15 jours à partir de 1091 €

Bolivie : Rando découverte en Bolivie

Ce circuit hors normes vous offre le lac Titicaca et autres merveilles de la Bolivie sur un plateau andin!

15 jours à partir de 1140 €

Bolivie : Trekking en Bolivie, la cordillère royale

Trekking au coeur de la Cordillére blanche et rencontres avec les indiens Aymaras.

13 jours à partir de 855 €

Voyages liberté dans d'autres destinations

Maroc : Randonnée chameliére de la vallée du Drâa aux dunes de Mhamid

Randonnée chamelière de la vallée du Drâa aux dunes de Mhamid depuis Ouarzazate.

8 jours à partir de 350 €

Maroc : La Grande Traversée de l'Atlas

Trekking dans l'Atlas avec ascension du Toubkal et du Mont M'Goun.

22 jours à partir de 919 €

Canaries : Randonnée à El Hierro en liberté

Découverte de l'île d'El Hierro en randonnée à travers ses petits villages et ses plages isolées et ses Parc Biosphère aux espèces naturelles endémiques.

8 jours à partir de 425 €

Espagne : Randonnées en Aragon au Royaume des Mallos, en liberté

Randonnée en liberté dans le "Royaume des Mallos", paysages étourdissants aux couleurs rouge-ocre.

8 jours à partir de 568 €

Costa Rica : Voyage solidaire au Costa Rica

Un circuit de tourisme solidaire qui permet de traverser le Costa Rica rural de façon autonome, accueillis par de belles initiatives écotouristiques locales.

13 jours à partir de 1338 €